Aller au contenu
Accueil » Blog » C’est l’histoire d’une femme qui voulait être artiste-entrepreneure…. (5mins de lecture)

C’est l’histoire d’une femme qui voulait être artiste-entrepreneure…. (5mins de lecture)

En Mars 2021, j’ai eu la chance de pouvoir faire partie des 11 finalistes de la 8ème édition de la Social Cup!

La Social Cup c’est la Coupe de France des jeunes entrepreneurs sociaux. Un beau tremplin pour les jeunes start-up pour gagner en visibilité.

A ce moment là, je suivais un accompagnement de 9mois pour structurer mon projet d’entreprise ESS : le Projet Terra-terre. Mon idée était de créer une sorte de Laboratoire vivant, un tiers-lieu de la transition écologique.

Eloïse sur la scène du SenseCube à Paris, mars 2021

Le but de Terra-Terreattention je te résume ça en 3 phrases!– était d’offrir un modèle concret de lieu pour tout citadin en situation d’éco-anxiété et en besoin de s’impliquer dans l’écologie depuis la ville, et surtout pour offrir un lieu d’Agradation (du contraire de « Dégradation ») de la biodiversité de la ville, un lieu autre que les parcs urbains plutôt aseptisés pour tout citadin en manque de relation avec les écosystèmes naturels.

Ce concours, préparé pendant plusieurs mois avec l’équipe de l’association MakeSense, m’a permis de travailler le revers de la médaille de l’artiste (pensée en arborescence, difficulté à se concentrer un seul projet, structurer une idée et la transformer en entreprise viable, préparer un pitch de 3mins …. tout ça :)) ) et d’oser me montrer moi et mon projet en public pour la 1ère fois.

Je me souviendrais longtemps de cette expérience qui m’a fait gagné en confiance et fait grandir ma volonté de mettre mes compétences au service d’une cause et être force de proposition pour la transition écologique….

Photo de la promo – Social Cup 8ème édition 2021

Sauf que mon projet était à l’échelle de mon imaginaire : démesuré ! Immensément grand, ambitieux pour la petite équipe que nous étions, mes nombreuses voix intérieures et moi.

J’ai fini par comprendre que ce projet Terra-terre qui me tenait tant à cœur était un projet de gestion et d’animation de lieu alors que je souhaitais uniquement la casquette d’artiste maître-d’oeuvre pour bâtir ce lieu avec l’aide de la technique d’éco-construction en chaux et chanvre pour laquelle j’étais devenue experte…

Ma posture d’entrepreneure en a pris un coup. J’ai dû revoir mes ambitions. Cela m’a pris du temps de faire une sorte de deuil sur cette idée et de la transformer en entreprise individuelle de création d’éco-construction.

Peut-être que l’avenir l’opportunité pour créer ce laboratoire vivant. Peut-être que j’aurai l’occasion de m’associer avec un autre projet, former une véritable équipe de plusieurs cerveaux créatifs et que ma part sera de faire naître les dômes-salles d’activités à travers une série de chantiers participatifs dont j’assurerai l’organisation et l’animation ! (plus bas, je vous mets un plan du lieu tel que je l’avais imaginé dans mes rêves et que mon frère m’a aidé a dessiner sur ordinateur).

En attendant, la grande leçon que je retiens de mon année 2021 c’est que pour lancer une entreprise toute seule il me faut faire SIMPLE.

Le projet Terra-Terre a laissé place à Habiter Le Monde Autrement et c’est en tant qu’artiste et seulement artiste que je présente des solutions pour créer des espaces tournés vers le Vivant à partir d’une technique de construction écologique.

Plan du Projet Terra-Terre, plusieurs constructions naturelles pour les locaux du « Living Lab »
Eloïse vous présente le projet Terra-Terre, Mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *